Vous êtes ici:

Qu'est-ce que l''écobioconstruction

Charte Nature & Progrès

Grille d'évaluation

Isolation

Biottin Habitat & Jardin

Chantier participatif

Interreg Eco-construction et citoyens

Vidéos

Rechercher:

Général:

Page d'accueil

Bien informer le citoyen pour rendre plus pertinents ses investissements dans la maison

Cette nouvelle édition du Biottin de Nature & Progrès arrive à un moment où le contexte socioéconomique n’est pas très favorable pour la protection de l’environnement.
Au niveau international, l’exploitation des gaz de schiste - en dépit des dégâts énormes qu’elle occasionne à l’environnement - a largement contribué à la baisse des prix du pétrole. Le simple citoyen se leurre souvent en croyant déceler là une «tendance lourde», alors que la raréfaction des énergies fossiles est irréversible et qu’elles ne peuvent évidemment plus apparaître comme une solution d’avenir pour rencontrer nos besoins énergétiques.
Les énergies fossiles sont totalement incompatibles avec la protection durable de notre planète et moins leur épuisement sera anticipé, plus le réveil risque d’être un jour douloureux !
Au niveau national, tant du côté du gouvernement fédéral que des gouvernements régionaux, la préoccupation majeure est la relance de l’économie via la recherche de la croissance.
L’instrument le plus prisé pour renouer avec cette croissance tant espérée est l’austérité budgétaire.
Pareille politique est malheureusement marquée par des choix qui ciblent des secteurs réputés «non porteurs de croissance» en réorientant les ressources financières qui leur étaient initialement destinées, ou en les supprimant purement et simplement au nom du sacro-saint équilibre budgétaire.
Les politiques environnementales laissent donc des plumes dans ce terrible jeu d’élimination ; on leur préfère souvent des actions à court terme aux résultats visibles immédiatement.
Ainsi le Gouvernement Wallon vient-il de reformuler sa politique des primes à l’énergie, dans le souci, nous dit-on, d’accroître leur efficacité. Dans un souci, semble-t-il surtout, d’alléger l’enveloppe financière qui leur est consacrée : celles qui étaient consacrées à encourager l’usage d’isolants écologiques sont ainsi passées à la trappe, sans autre forme de procès.
Et, avec elles, tout le volet éducatif qui expliquait - via la surprime symbolique de trois euros au mètre carré - les bienfaits de ces matériaux. Un sacrifice de plus sur l’autel de la rigueur budgétaire !

Aux citoyens d’agir !

Pour Nature & Progrès, c’est pourtant vers le citoyen qu’il faut à présent se tourner ; c’est vers lui qu’il faut orienter les efforts de sensibilisation et d’information.
Tout citoyen aspire à vivre dans un environnement sain, ce qui suppose un respect maximal de notre santé et de notre environnement, et donc de notre planète.
Or, dans le cadre de l’habitat, l’intérêt du citoyen est identique à celui de la planète car un citoyen bien informé prendra naturellement ses intérêts en charge à travers les actes qu’il pose.
Tout investissement dans la formation du particulier sera ainsi porteur d’une très grande valeur ajoutée pour les générations futures.

Biottin Ecobioconstruction 2015

Le présent Biottin est donc pensé comme un outil de renforcement de cette capacité citoyenne ; il se présente comme un condensé d’informations traitant de la construction écologique, de l’approche
bioclimatique, du traitement des énergies, de la gestion des eaux, du choix des matériaux, de l’intérêt des peintures naturelles et de l’électricité biocompatible…
Sans oublier, bien sûr, le jardin. Il permet de contacter des professionnels afin de passer à l’acte, dans le plus grand respect l’environnement et dans la limite des moyens financiers impartis.
A chacun d’en profiter au maximum sans jamais omettre de laisser un maximum de place à son esprit critique...

Hamadou Kandé,
Responsable du Pôle Animateurs & de l’écobioconstruction

Avertissements

Nature & Progrès ne peut garantir tout le travail des personnes figurant dans ce Biottin. La liste figurant dans ce Biottin n’est pas exhaustive et est arrêtée en février 2013. Elle reprend, tout simplement, les personnes qui ont acceptée de signer la charte du Biottin ci-dessous. Le « bio » est très en vogue à l’heure actuelle et le terme est parfois galvaudé, utilisé dans des contextes peu adaptés. Étant très mode, le terme écobioconstruction est également utilisé par certains à des fins purement commerciales, sans véritable intention saine ni même de respect de ses règles primaires. Nous mettons en garde les lecteurs afin que chacun exerce son sens critique.