Vous êtes ici:

La revue Valériane

Nos analyses

Nos études

Pourquoi les gens ne changent-ils pas ?

Manger des protéines animales ?

Favoriser l'accès à la terre de nos agriculteurs

Pas d'autonomie sans solidarité !

la réappropriation de l'argent

Question du prix au coeur de la relation Prod/Cons

L'approche systémique appliquée à l'assiette

L'agroécologie, le paradis perdu de la bio ?

Une Maison de la semence citoyenne

Vers l'assainissement durable…

Semer la biodiversité

L'avenir de l'électricité

Manger moins de viande

Consommer du lait cru…

Nature & Progrès et le pari de la décroissance

Jardintégration

Stop au nucléaire

Photovoltaïque

Rechercher:

Général:

Page d'accueil

Nos thèmes

Nos évènements

Nos services

Rejoignez-nous ...

Nos actions

Divers

Favoriser l’accès à la terre de nos agriculteurs « modèles »
Sylvie La Spina

L'accès à la terre, un enjeu touchant agriculteurs

La Wallonie compte actuellement deux fois moins de fermes qu’il y a vingt ans. La surface agricole, elle, n’a pratiquement pas changé. Pourtant, l’accès à la terre est devenu une problématique capitale de notre agriculture. Trouver une terre à cultiver est devenu, pour nos (futurs-) agriculteurs, le parcours du combattant ! En effet, l’offre de terres à vendre ou à louer est devenue rare, et, respectant toute loi de marché, lors d’une forte demande pour une faible offre, les prix s’envolent. Les agriculteurs ont des difficultés à agrandir leur ferme, et, fait plus interpellant, les jeunes ne parviennent plus à s’installer tandis que la population des agriculteurs vieillit. Dans certaines régions, comme les régions riches de cultures, la concentration des terres domine : les fermes deviennent de plus en plus grandes, achetant à gros prix la moindre terre se présentant sur le marché. Dans les régions à sol plus pauvre où prédominent les petites fermes d’élevage, étant donné les difficultés rencontrées par ce secteur, les fermes stoppant leurs activités quittent souvent le circuit agricole au profit d’autres activités telles que le tourisme, les loisirs équestres, etc.

L’accès à la terre touche en premier lieu le secteur agricole, mais aussi les citoyens. Nous avons été interpellés par l’intérêt que suscite cet enjeu chez les citoyens consommateurs. Pourquoi donc s’intéressent-ils à ce sujet qui concerne avant tout agriculteurs et propriétaires de terres ? Une première raison à évoquer est que les propriétaires de terres agricoles sont aussi, et surtout, des citoyens consommateurs. En effet, seulement 35 % des agriculteurs cultivent les terres qu’ils possèdent, tandis que 65 % sont sous un régime de location, principalement le bail à ferme. Une seconde raison de cet engouement pour cette problématique est la volonté des citoyens consommateurs de soutenir une agriculture « modèle », de proximité, bio, éthique, de qualité, artisanale, à taille humaine… L’accès à la terre est, en réalité, perçue par de nombreux citoyens consommateurs comme un levier permettant de faire évoluer l’agriculture vers un idéal. La terre est la base des ressources indispensables à la vie, il faut lui rendre sa fonction première, nous nourrir. Il faut considérer la terre comme une entité vivante, qui se respecte, et non comme une marchandise.

Comment faciliter l’accès à la terre de nos agriculteurs « modèles » ? Cette question a été discutée lors de différentes rencontres citoyennes, partout en Wallonie, au printemps 2015. Au préalable, une journée d’information a été organisée, rassemblant agriculteurs, propriétaires, experts de la région wallonne, gérant de société de gestion agricole, notaire, Terre-en-Vue. Cet événement a permis aux citoyens consommateurs de mieux comprendre la problématique complexe de l’accès à la terre, d’entendre les avis de chacun et de soulever quelques premiers leviers d’actions à discuter lors des rencontres citoyennes.

SOMMAIRE




Pour télécharger la totalité de l'Etude