Vous êtes ici:

La revue Valériane

Nos analyses

Nos études

Pourquoi les gens ne changent-ils pas ?

Manger des protéines animales ?

Favoriser l'accès à la terre de nos agriculteurs

Pas d'autonomie sans solidarité !

la réappropriation de l'argent

Question du prix au coeur de la relation Prod/Cons

L'approche systémique appliquée à l'assiette

L'agroécologie, le paradis perdu de la bio ?

Une Maison de la semence citoyenne

Vers l'assainissement durable…

Semer la biodiversité

L'avenir de l'électricité

Manger moins de viande

Consommer du lait cru…

Nature & Progrès et le pari de la décroissance

Jardintégration

Stop au nucléaire

Photovoltaïque

Rechercher:

Général:

Page d'accueil

Nos thèmes

Nos évènements

Nos services

Rejoignez-nous ...

Nos actions

Divers

Des fonds publics pour le photovoltaïque :

De plus en plus, nos concitoyens prennent conscience de la nécessité d’agir pour le climat et d’adapter leurs logis en conséquence. Mais quel choix vont-ils faire face aux aides publiques qui sont aujourd’hui consenties ? Vont-ils chercher à maximiser les économies d’énergie ou vont-il plutôt privilégier la rentabilité financière ? Cette brève analyse vous convaincra sans doute qu’ils opteront majoritairement, hélas, pour la seconde solution…

Par Benoît Spies et Baptiste Buxant

Bien sûr, nous ne désespérons pas que votre décision personnelle soit finalement favorable au devenir de notre planète. Il est toutefois permis de douter de la pertinence des aides publiques actuelles en regard de la nécessité absolue de lutter contre le réchauffement climatique. Partons d’un simple exemple pour illustrer notre propos.

Investir dans les économies d’énergie

Soit donc monsieur Dupond qui dispose d’une appréciable somme d’argent. Il est prêt à l’investir dans les économies d’énergie et estime, après une première analyse, que plusieurs actions sont envisageables dans le cadre du logement dont il est l’heureux propriétaire. Il a retenu trois actions possibles :

1. l’isolation par l’extérieur d’un pignon aveugle, un de ces pignons aveugles comme on en rencontre très souvent. Le mur, d’une épaisseur de briques de trente-deux centimètres, a une surface de quatre-vingt mètres carrés. Le toit de monsieur Dupond est, fort heureusement, très bien isolé ; ses châssis et vitrages figurent parmi les plus performants, et il dispose d'une chaudière haut rendement (HR) au gaz naturel.

2. l’installation d’un système de panneaux solaires thermiques pour la préparation de son eau chaude sanitaire. Les voisins de monsieur Dupond, d’authentiques écologistes de la première heure, lui vantent semblable équipement depuis de longues années déjà…

3. l’installation de panneaux solaires photovoltaïques. C’est incontestablement dans l’air du temps. S’offrir la bonne conscience du pionner, quelle volupté !

Le suspense est donc entier.

Amis lecteurs, à votre avis, que va faire monsieur Dupond ?