layout ogm


Madame la Ministre Laurette Onkelinks,
Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales,

Madame la Ministre Sabine Laruelle,
Ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendants et de l’Agriculture,

Monsieur le Ministre Melchior Wathelet,
Cellule stratégique et Secrétariat du Secrétaire d'Etat à l'Environnement, à l'Energie et à la Mobilité,
adjoint à la Ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des chances, et Secrétaire d'Etat aux Réformes institutionnelles,
adjoint au Premier Ministre,




Le maïs génétiquement modifié TC 1507, mis au point par la société américaine Pioneer Hi-Bred,
pourrait être autorisé à la culture en Europe, lors du prochain Conseil des Ministres
de l'agriculture de l'Union européenne, qui aura lieu le 13 décembre prochain, à Bruxelles.

Le maïs TC 1507 est génétiquement modifié afin de produire un insecticide censé tuer la pyrale du maïs.
Il est surtout rendu résistant à plusieurs herbicides très toxiques dont le principe actif est le glufosinate d'ammonium.
Or l'autorisation de semblables herbicides prendra fin, en Europe, en octobre 2017
et une réévaluation complète de ce produit sera alors indispensable en cas de nouvelle demande d'autorisation.
Le glufosinate d'ammonium étant classé comme produit toxique pour la reproduction,
une forte probabilité existe, en vertu du règlement européen 1107/2009, qu'il ne soit jamais réautorisé.
En effet, un tel produit, classé Repro 1B, n'est désormais éventuellement autorisable que si,
dans des conditions réalistes d'utilisation, l'exposition à l'homme est négligeable.

Or la plante génétiquement modifiée en question fut précisément créée pour lui donner la capacité de "stocker"
l'herbicide ou ses métabolites dans ses feuilles et dans ses graines.
Celles-ci étant ensuite directement destinées à la consommation animale et humaine,
il n'est pas excessif d'affirmer que les produits à base de maïs TC 1507 seront particulièrement dangereux
pour la santé humaine. Leur toxicité fait extrêmement peu de doute, ainsi que les expériences
du professeur Gilles-Eric Séralini ont pu le démontrer dans le cas du glyphosate.

Le promoteur de cette plante génétiquement modifiée connaît donc parfaitement l'ampleur des risques
que font courir aux consommateurs les produits issus de la technologie qu'il se propose de commercialiser.
Nous pensons qu'il appartient au pouvoir public de le responsabiliser face au risque évident d'empoisonnement
auquel il exposerait sciemment la population européenne.
Nous vous demandons d'agir en ce sens avec la plus grande fermeté.

En plus des doutes généralement exprimés au sujet de la technologie OGM elle-même,
c'est donc bien une exposition aiguë du consommateur à un pesticide dont la toxicité est certaine
qu'il faut redouter dans ce cas. Le fait que la plante soit cultivée sur le sol européen ne pourra que favoriser une telle exposition.

Nous vous demandons, par conséquent, de tout mettre en œuvre afin que le Conseil des Ministres de l'Union européenne
refuse la culture du maïs OGM TC 1507 sur le sol européen, ainsi d'ailleurs
que celle de toute plante génétiquement modifiée, d'une manière générale.

Nous vous prions d'accepter, Madame la Ministre, l'expression de nos salutations respectueuses.

Nom * Indiquez votre nom.

Prénom  Précisez votre prénom.

Adresse * Indiquez votre adresse postale.

Code Postal * Indiquez le code Postal.

Ville * Indiquez la ville.

Email * Indiquez votre email.

Je réponds suite : 

 à l'article du journal Le Soir
 à l'article du journal La Libre Belgique
 à la Newsletter
 à Facebook
 Via le conseil d'une autre personne
 Par visite spontanée sur le site

Veuillez saisir le code entre les crochets dans le champ de droite. *

 
* Ces champs sont obligatoires.