fbpx

Index Revue

Retrouvez tous les articles qui abordent la thématique de votre choix

Sur base du titre et du chapeau de chaque article, retrouvez les sujets et thématiques que vous recherchez et que Nature & Progrès a abordés, depuis le n°1 de revue Valériane en 1996 jusqu’à aujourd’hui.

Tous les articles ne sont pas encore en ligne, merci de votre compréhension. Pour visualiser la liste des articles disponibles, cliquez sur ce lien.

 

Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

"Les abeilles disparaissent, c’est une catastrophe !", entendons-nous à longueur de temps dans les médias, le mot "abeilles" désignant en fait constamment l’espèce mellifère domestique. Ainsi passent tristement aux oubliettes… quelques dizaines de milliers d’abeilles sauvages !

Depuis plus de vingt ans, s’étalent dans la presse les billets faisant l’historique de la dramatique extinction de l’abeille domestique (Apis mellifera). Certainement pas à tort puisque l’usage des néonicotinoïdes, affaiblissant la flore intestinale de ces dernières, est responsable d’un saut de 4 à 30% de mortalité hivernale, globalement observée par les spécialistes dans les ruchers. Un véritable génocide qu’il ne faut certes pas laisser passer mais qui, d’une part, doit plutôt son succès médiatique à la perte économique générée pour le commerce des produits de la ruche et au lien émotionnel que l’homme entretient avec l’abeille domestique. Et qui, d’autre part, a contribué à donner le monopole du "super pollinisateur" à cette dernière, de manière injustifiée !

L’abeille mellifère, en effet, n’est pas l’assistant le plus efficace à la reproduction des plantes à fleurs. De plus, elle a évincé tout un pan de la riche biodiversité des pollinisateurs, les abeilles sauvages, en particulier, qui constituent pourtant un vaste groupe chez les insectes, avec près de vingt-cinq mille espèces connues à travers le monde. On en dénombre trois cent septante, rien qu’en Wallonie, sans compter les innombrables syrphes, papillons, coléoptères, etc. dont la somme des services écologiques rendus à l’homme et aux écosystèmes est considérable. Les habitantes de nos ruches n’ont donc pas l’apanage du nombre et il semble inconsidéré de continuer à se focaliser uniquement sur leur sort, en négligeant celui de leurs cousines sauvages qui fait trop peu d’échos. Non seulement en vertu des récents apports scientifiques, révélateurs de l’importance du rôle de ces abeilles sauvages en tant que pollinisateurs, mais tout simplement parce qu’elles représentent un élément majeur de notre merveilleux et fragile patrimoine naturel.

Auteur: Par Morgane Peyrot
Numéro de revue: 139
Page: 18
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Rino Noviello est un photographe-cinéaste qui réalise, entre autres, des films permettant aux consommateurs d'avoir une plus grande proximité avec les producteurs d'aliments. Il en prend l'initiative suite à un contact de proximité, comme avec son boulanger ou avec son caviste préféré... Première rencontre…

Rino aimerait que nous nous rendions compte du savoir-faire nécessaire pour réussir "un pain irréprochable", comme dit Sébastien, le boulanger. Quand on a vu son film, et qu'on mange ensemble - ou plutôt qu'on déguste son pain -, il a encore meilleur goût. Organiser une dégustation de pain à l'aveugle, comme pour le fromage ou le vin, c'est retourner à l'école des saveurs perdues… Rino est aussi co-fondateur de l'écocentre Oasis de Boussu (1) et est, à ce titre, co-organisateur du cycle "Autonomie alimentaire" organisé en collaboration avec la locale Nature & Progrès de Mons Borinage. Merci à Rino pour toute cette passion optimiste !

Auteur: Par Jürg Schuppisser
Numéro de revue: 139
Page: 32
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Il aura fallu quelques semaines à l’expression “Ok boomer” pour passer du monde anglo-saxon au monde francophone. Ces deux mots, lancés à un interlocuteur né au moment du baby-boom (1945-1965), signifient en quelque sorte “cause toujours”. On peut trouver cette expression géniale, ironique, bien envoyée ou, au contraire, offensante, inappropriée, injuste. Je pense qu’elle est la condensation parfaite d’une fracture générationnelle plus lourde qu’on veut bien le croire. Analysé ici depuis l’angle des enjeux écologiques et de façon provocatrice, ce “ok boomer” sonne le glas d’une vision du monde illusoire et aussi d’une certaine écologie "à la papa".

Auteur: Par Guillaume Lohest
Numéro de revue: 141
Page: 44
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Nous vous avions laissés sur votre faim dans Valériane n°107 : Papi et Mami avaient-ils vraiment de quoi s'inquiéter ? Théa a-t-elle tenu plus d'une heure dans la charrette ? Le voyage à vélo a-t-il pu se faire jusqu'au bout malgré la canicule ? Voici enfin la suite des aventures d'Alex et de sa petite famille qui sont partis, l'an passé, pour suivre la Vélodyssée (1) le long de la côte atlantique…

Auteur: Texte et photographies d'Alex Brose
Numéro de revue: 109
Page: 58
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Comment allons-nous assurer notre sécurité alimentaire au XXIe siècle ? Peut-on vraiment répondre sans frémir à cette question, alors même que le nombre d’êtres humains qui souffrent de la faim vient de repartir spectaculairement à la hausse. Ils sont aujourd’hui 963 millions de par le monde, soit 40 millions de plus qu’en 2007 (1). Car le coût des denrées alimentaires a dramatiquement explosé, au printemps passé, avec des conséquences tragiques, essentiellement pour les pays du Sud dont les populations sont tout simplement dans l’incapacité totale d’acheter de quoi se nourrir…

Auteur: Norbert Buysse et Dominique Parizel
Numéro de revue: 76
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Forum des bâtisseurs
Le samedi 30 mai aura lieu la troisième édition du Forum des Bâtisseurs. C’est l’occasion de battre le rappel et d’ouvrir nos yeux largement sur toutes les questions liées à l’habitat dans l’esprit qui anime Nature & Progrès : écologique, biologique et solidaire. Vivre dans des maisons saines, les rénover sans gaspiller ni budgets ni ressources, se construire en construisant ensemble, voilà bien des sujets qui resteront toujours d’actualité ! Relevons le défi : soucions-nous de nos habitations autant que de nos potagers, car les uns ne vont pas sans les autres…
En habitat comme en jardinage, viser l’autonomie, mais ensemble !
Osons la comparaison : le potager d’un côté, la maison de l’autre. Mettons-nous autant de scrupules à bannir les produits en –cide à l’intérieur qu’à l’extérieur ? N’achetons-nous pas plus volontiers nos meubles que nos graines dans le Brico du coin ? Ne sommes-nous pas plus vite tentés de faire "au moins cher" pour remplacer nos châssis intérieurs que pour construire ceux des couches de nos précieux semis ? Si c’était le cas, il ne serait pas étonnant que notre maison soit jalouse du temps que nous consacrons à notre jardin… Pourtant, à y regarder de plus près, les similitudes sont nombreuses. Paille pour protéger ou isoler, terre pour semer ou enduire, chaux pour badigeonner ou amender : voici des matériaux que nous aimons de part et d’autre. Faire par soi-même pour gagner en autonomie : n’est-ce pas autant valable pour le plafonnage, les peintures ou l’isolation d’un toit que pour les carottes, les topinambours et la choucroute ? Autoproduction, autoconstruction : nous y sommes, voici la clé de voûte des propositions que Nature & Progrès adresse à tout un chacun. Potager collectif, chantier participatif, groupe d’achats communs… le parallélisme est évident, ce que Nature & Progrès propose comme chemin vers une société plus saine et plus juste pourrait se résumer en un slogan : l’autonomie, mais ensemble.
Bien sûr, vous direz que les budgets sont sans commune mesure. Quelques sachets de graines et une bonne grelinette, ce n’est rien comparé aux (dizaines de) milliers d’euros nécessaires à rénover une maison. A fortiori, quand ces travaux sont possibles, l’économie réalisée et l’autonomie retrouvée n’en sont que plus grandes, mais ne nions pas cette différence d’échelle de grandeur. Pour autant, remarquons encore ceci : qu’il s’agisse d’alimentation bio ou d’écoconstruction, le soupçon "bobo" fait les choux gras de la presse ou de l’opinion - cf. votre Valériane précédent, Les chantiers participatifs ne sont pas un truc de bobos. Dans les deux cas, enfin, ce que nous voulons défendre envers et contre tout, c’est au contraire l’accessibilité de ces démarches pour peu qu’on décide de mettre un peu la main à la pâte, en s’entraidant. L’autonomie, mais ensemble.

Auteur: Guillaume Lohest
Numéro de revue: 113
Page: 30
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Le réchauffement climatique occupe désormais l’avant-scène médiatique : si les années 1990 ont été la décennie la plus torride du siècle dernier, les températures de cet hiver sont quasi printanières : à ce rythme-là, les cornouillers fleuriront bientôt en janvier !

Auteur: Benjamin Stassen
Numéro de revue: 64
Page: 32
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Les élections de mai prochain seront cruciales, et notamment en matière d’énergie. Aux termes de la loi de 2003, notre pays doit sortir complètement du nucléaire pour la fin de l’année 2025. Mais les premières centrales devront déjà fermer leurs portes dans le courant de la prochaine législature : Doel 3 en octobre 2022, et Tihange 2 en février 2023 ! Il nous reste moins de quatre ans pour tout préparer. Gageons donc que les partisans du statu quo nucléaire ne vont pas désarmer dans la campagne électorale qui commence. Quels arguments devons-nous leur opposer ? Nous vous livrons l’avis de deux spécialistes en la matière : éclairages croisés qui éliminent au maximum les zones d’ombres.

Auteur: Propos recueillis par Dominique Parizel
Numéro de revue: 136
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

samedi 17 mars 2012
Les Groupements d'Achats Alimentaires - GAA, GACs, GAS, GASAP ou AMAP - se sont à nouveau réunis, le 17 mars dernier, à Namur. Rappelez-vous, nous vous avions relaté dans le détail - voir Valériane n°89 - la grande journée de rencontre 2011 qui s'était tenue, le 26 février, à Namur également. Mais qui sont ces groupes de consommateurs et qu'est-ce qui les motive à se retrouver périodiquement ?

Auteur: Dominique Parizel
Numéro de revue: 95
Page: 30
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Vous le savez, nous vous l'avons souvent rappelé : notre association a quarante ans, cette année. Un tel anniversaire, c'est évidemment l'occasion de regarder dans le rétroviseur, de faire le point sur nous-mêmes. Que nous le voulions ou non... C'est surtout un moment charnière qui impose de voir où nous sommes et où nous allons dans un monde qui change plus vite que nous le voudrions. Alors, plutôt que de célébrer encore une fois l'événement, en anciens combattants d'une cause que, bien sûr, nous avons gagnée - sans quoi, nous ne serions sans doute plus là pour en parler -, nous avons préféré - en leur soumettant une batterie de questions identiques - donner la parole à des proches qui nous sont chers. Assez proches pour que leurs regards restent lucides et sincères, pas trop proches toutefois pour qu'ils ne s'embuent pas des aléas du quotidien. Tous ensemble, nous partageons un même cheminement à travers les arcanes de la bio. Mais les histoires individuelles sont forcément uniques, les points de vue et les accents souvent divergent. Peut-être une vérité quelque peu différente s'exprimera-t-elle ainsi dans la confrontation des sensibilités et dans l'écho inattendu qu'elle fera naître en nous ?
----
Les questions :
A. Quarante ans de Nature & Progrès, quarante ans de bio. Quelle est la principale réussite qu’il faut, à ton avis, retenir ? Quelle est la chose à laquelle nous devrions être plus attentifs, si c’était à refaire ?
B. Comment, d’une manière générale, évolue, à tes yeux, la qualité de l’alimentation ? A quoi faut-il aujourd’hui sensibiliser prioritairement le public ? A quoi faut-il sensibiliser spécialement les agriculteurs ?
C. Sauverons-nous le monde agricole ? Qu’est-ce qui, à ton avis, va caractériser son évolution dans les années à venir ?
D. Sur quoi Nature & Progrès doit-il axer principalement son action dans les années à venir ?

Auteur: Dominique Parizel
Numéro de revue: 122

Pin It on Pinterest

Share This