fbpx

Témoignage

Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

L’Afrique… Ce n’est pas vraiment l’endroit auquel on pense pour passer ses vacances, à part, peut-être, quelques plages bien séparées du reste du continent. J’ai découvert l’Afrique voici quelque vingt-cinq ans, un peu par hasard car, moi qui avait bourlingué à travers l’Amérique et l’Asie, je ne me sentais pas attiré le moins du monde par le continent noir. Les préjugés à son encontre pullulaient : les gens y meurent de faim, on n’y est pas en sécurité, l’état de santé est déplorable, les Africains ne veulent pas travailler, le pays est sec et désolé, etc. Mais la curiosité était plus forte et j’y suis parti…

Mes explorations m’ont menées successivement au Sénégal, au Cameroun, puis au Togo où je me rends régulièrement maintenant depuis plus de cinq ans pour mener à bien un projet de reboisement médicinal avec un guérisseur. Le Togo est l’Afrique en raccourci. Sur un territoire à peine plus grand que la Suisse vivent cinq millions d’habitants appartenant à plus de quarante ethnies différentes. Le pays, particulièrement étroit, s’étend du nord au sud sur plus de cinq cents kilomètres. Le relief des Monts Togo, qui atteignent près de mille mètres d’altitude, accentue encore la diversité climatique. À l’origine, le Togo était couvert d’une végétation dense, forêt au sud, savane au nord. La culture sur brûlis, pratiquée depuis plusieurs milliers d’années, avait déjà largement entamé le manteau végétal. Mais depuis vingt ans, la destruction s’est terriblement accélérée…

Auteur:
François Couplan
Numéro de revue:
108
Page:
42
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Vous savez cela : en réaction à l’industrialisation de l’agriculture, une poignée de citoyens conscients de la faillite inéluctable du système productiviste porta Nature & Progrès sur les fonds baptismaux par un beau jour de l’an de grâce 1964 ! Cela nous fait donc, très exactement, un demi-siècle. Et même si l'”émanation belge” de cette belle association ne vit le jour qu’une douzaine d’années plus tard, c’est évidemment de tout cœur que nous nous associons à la célébration de cet important anniversaire.
Un “îlot” lui sera entièrement dédié, lors de notre salon Valériane (Namur Expo – 5, 6 et 7 septembre) ; il accueillera une dizaine d’exposants qui refléteront la qualité et la diversité des cahiers de charges de Nature & Progrès (voir ci-après). Pour vous mettre l’eau à la bouche, nous vous en présentons déjà une demi-douzaine ; vous leur réserverez, nous en sommes sûrs, un accueil digne de leur engagement sans concession…

Auteur:
Dominique Parizel
Numéro de revue:
108
Page:
28
Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

Comme vous le savez, hélas, la montagne du Sommet climatique de Copenhague a accouché d’une souris ! Il incombe désormais à nos représentants politiques de trouver, à l’échelle de la planète entière, les processus décisionnels qui leur permettront d’engranger les résultats indispensables pour l’Humanité. Il leur incombe aussi, à cette même échelle, de continuer à entendre la voix du citoyen et de bannir ces nouvelles mœurs, arbitraires et brutales, dont ces nouvelles grand-messes sont malheureusement devenues familières. Témoignage du Cop15.

Auteur:
Julien Huys
Numéro de revue:
82
Page:
58
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Noël est passé! Et après cette belle fête de la Lumière qui décline, nous cultivons encore avec nostalgie le souvenir de quelques bons petits plaisirs “caloriques” de fin d’année tels que foie gras, saumon fumé, bûche de Noël… Après avoir évoqué, dans notre numéro précédent, l’importance, le rôle et le danger des glucides, nous abordons cette fois la réalité alimentaire et nutritionnelle des lipides, autrement et plus simplement dit, des graisses.

En ces temps et lieux où règnent en maître le cholestérol, les maladies cardio-vasculaires, la surcharge pondérale et, parfois, l’obésité, devons-nous chasser comme la peste de nos assiettes les terrines, torchons, sauces, huiles et autres crèmes ? La question est loin d’être aussi simple que nous ne le crûmes encore à une époque récente. En effet, la graisse est indispensable à la vie et n’est pas seule responsable du fléau de la prise de poids dans nos sociétés contemporaines.

Auteur:
Michel Vanoudenhoven
Numéro de revue:
117
Page:
54
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Je n’ai pas voulu, dans cet article, faire l’apologie de l’accouchement à domicile. J’offre simplement ici mon court témoignage, reconnaissance envers notre sage-femme, ses collègues et, plaidoyer légitime à notre droit le plus élémentaire : celui de choisir la manière dont nous souhaitons donner la vie, en respectant à la fois la naissance, le corps de la femme et la place du père dans cette aventure…

Auteur:
Texte de Pascaline Pavard – Illustrations Chloé Leguay
Numéro de revue:
98
Page:
56
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Début mars, Nature & Progrès a reçu un invité de choix : Jean-Martin Fortier, trente-cinq ans, maraîcher à Saint-Armand, dans le sud-est du Québec, tout près de la frontière avec l’Etat “américain” du Vermont. Son crédo : cultiver intensivement des légumes bio sur de petites surfaces. Une démarche originale qui mobilise un impressionnant éventail de connaissances réunies dans un indispensable manuel : Le jardinier-maraîcher, paru aux éditions Ecosociété

Auteur:
Dominique Parizel
Numéro de revue:
101
Page:
42
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Une association pour la reconnaissance de l’électrohypersensibilité vient de voir le jour en Belgique. Une bonne occasion pour parler de ce nouveau syndrome qui touche de plus en plus de personnes et qui demeure le grand oublié de la médecine traditionnelle…

“Le GSM, c’est vraiment le pire ! C’est ça qui me donne le plus mal à la tête. Le WiFi et les téléphones fixes sans fil DECT me causent aussi des problèmes, mais un peu moins que les GSM.”
Julien (1), quinze ans, habite la province de Liège. Avec une maturité étonnante, il raconte son calvaire : “A partir de mes huit-neuf ans, j’ai commencé à attraper de plus en plus souvent mal à la tête et à avoir divers autres ennuis de santé. Mes parents et moi avons alors cherché la cause de mes problèmes pour tenter de les solutionner. Nous avons cherché dans toutes les directions et essayé des tas de choses. Après des mois et des mois de recherches intenses, ma mère, ayant entendu parler de la nocivité des technologies sans fil, a supprimé le WiFi et le téléphone sans fil DECT que nous avions à la maison. Mes maux de tête ont alors diminué. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte à quel point les ondes électromagnétiques sont nocives. Malheureusement, supprimer le WiFi et le téléphone sans fil DECT n’a pas suffi à faire disparaître complètement mes maux de tête et tous mes autres problèmes, comme les sifflements dans les oreilles, les difficultés pour me concentrer, la fatigue, les nausées, les problèmes de sommeil… Ma mère a alors eu l’idée de faire venir un spécialiste pour mesurer la pollution électromagnétique dans notre maison. Ces mesures nous ont fait prendre conscience qu’il y a beaucoup d’antennes de téléphonie mobile autour de notre maison et que nous sommes fortement exposés aux ondes GSM à l’intérieur même de notre maison. Suite à ces mesures nous avons mis des protections anti-ondes dans ma chambre afin que j’arrive à mieux récupérer la nuit. Cela m’aide mais je reste très sensible à ces ondes et je dois les éviter au maximum. Actuellement, c’est vraiment devenu très compliqué parce que ces ondes sont partout. Par exemple, dans le bus pour aller à l’école, c’est terrible toutes les ondes qu’il y a ! Et puis tout près de l’école, il y a une antenne, et dans l’école il y a le WiFi partout et en plus, il y a les GSM que chacun porte sur soi.”

Auteur:
Eric Defourny
Numéro de revue:
119
Page:
51
Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

Mon aventure de sage-femme puise ses racines dans mon vécu. J’ai eu une enfance unique, bercée par les couleurs et les senteurs d’ailleurs, la vie étant acceptée et vécue comme elle vient et va, en Afrique et en Asie. J’ai eu une adolescence difficile, n’étant pas en accord avec le système imposé dans nos écoles et dans notre société occidentale, trop de “pourquoi” restés sans réponses… J’ai une vie de femme qui s’est révélée au contact d’un paysan fou, avec lequel j’ai vécu deux accouchements “vivants”, à domicile…

Auteur:
Par Natascha Köchli, sage-femme
Numéro de revue:
107
Page:
54
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

A tout ceux qui se demandent encore où a bien pu passer notre ami – et néanmoins ex-collègue – prénommé Alex, voici un petit texte plein de fraîcheur qui contribuera sans doute à les rassurer. L’homme a construit un foyer, fondé une famille, il fait du vélo aussi… Et pas seulement à ses heures de loisirs. Si vous avez eu la chance de le connaître dans le cadre de Nature & Progrès, vous conviendrez sûrement d’une chose : non, il n’a pas changé…

Auteur:
Texte d’Alex Brose
Numéro de revue:
105
Page:
54
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

L’innovation sociale s’installe à Chambalon

Partout en France, à l’initiative des groupes locaux de Nature & Progrès, toutes sortes d’évènements ont vu le jour pour saluer l’anniversaire de la fédération. A Cambrai comme à Signes, à Couiza ou Namur, à Paris ou Lyon, des marchés, des foires, des projections, et toutes sortes de débats ont fait la part belle à l’association. Et comme nous aurions tort d’ignorer les berceaux sur lesquels se penchent les fées, parmi toutes ces manifestations, c’est vers Chambalon que nous tournerons le regard…

Auteur:
Nelly Pégeault
Numéro de revue:
111
Page:
48
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Chapitre 1

Rappelez-vous : ils se sont rencontrés à Bruxelles alors qu’il travaillait dans une banque et qu’elle était employée par la Communauté européenne… Aujourd’hui, ils arrêtent tout pour courir le vaste monde et voir ce qui s’y fait en faveur du développement durable. Nous leur avons proposé une double page dans chaque numéro de Valériane pour vous raconter tout cela…

Ca y est ! L’aventure a commencé ! Parcourir les cinq continents en quête d’initiatives durables, pour mieux construire une société écologiquement viable, c’est l’objectif que nous nous étions fixés en créant l’association Organicvision pour soutenir ce projet ambitieux. Nous avons maintenant vécu le premier mois d’une aventure qui nous mènera aux quatre coins de la planète pendant plus d’un an.
Le voyage a commencé. Nous avons quitté notre appartement de Bruxelles, vendu nos meubles… Et avons déjà eu cette question basique chez un opticien de Lyon: où habitez-vous ? Nous avons alors commencé à expliquer notre projet de voyage autour du monde, et c’est alors que les questions sont arrivées… Il est plutôt rare, en effet, d’avoir un client sans adresse !

Auteur:
Franck Marion et Joanna Mastalerek
Numéro de revue:
86
Page:
32
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Chapitre 2

Petit rappel : Franck et Joanna se sont rencontrés à Bruxelles alors qu’il travaillait dans une banque et qu’elle était employée par la Communauté européenne… Aujourd’hui, ils ont la chance exceptionnelle de courir les cinq continents afin de découvrir ce qui s’y fait de mieux en faveur du développement durable. Pour qu’ils ne soient pas les seuls à en profiter, ils vous racontent tout cela dans chaque numéro de Valériane…

Trois mois de voyage et un mot : la permaculture. Avant de quitter le continent européen pour le Canada, nous avons eu la chance de pouvoir suivre une formation de permaculture – incluant l’écoconstruction – qui nous a permis de vraiment en savoir plus sur ce qui sera la toile de fond de cette expérience.

Auteur:
Franck Marion et Joanna Mastalerek
Numéro de revue:
87
Page:
42
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Chapitre 3

Petit rappel : Franck et Joanna se sont rencontrés à Bruxelles alors qu’il travaillait dans une banque et qu’elle était employée par la Communauté européenne… Aujourd’hui, ils ont la chance exceptionnelle de courir les cinq continents afin de découvrir ce qui s’y fait de mieux en faveur du développement durable. Pour qu’ils ne soient pas les seuls à en profiter, ils vous racontent tout cela dans chaque numéro de Valériane…

Plus de quatre mois sont passés depuis notre départ ! Nous nous sentons pourtant comme si venions juste de partir. Depuis la mi-septembre, nous avons été à la rencontre de projets de la Province de Québec. Voici ceux qui nous ont le plus marqués : une ferme-incubateur pour jeunes agriculteurs urbains, une jeune famille d’agriculteurs certifiés “organiques”, fonctionnant à travers le système de l’”Agriculture Supportée par la Communauté” (ASC) et, enfin, un couple d’Américains seniors vivant sur leur ferme en homesteading.

Auteur:
Franck Marion et Joanna Mastalerek
Numéro de revue:
88
Page:
46
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Chapitre 4

Petit rappel : Franck et Joanna se sont rencontrés à Bruxelles alors qu’il travaillait dans une banque et qu’elle était employée par la Communauté européenne… Aujourd’hui, ils ont la chance exceptionnelle de courir les cinq continents afin de découvrir ce qui s’y fait de mieux en faveur du développement durable. Pour qu’ils ne soient pas les seuls à en profiter, ils vous racontent tout cela dans chaque numéro de Valériane…

Deux mois au Costa Rica, à la recherche d’initiatives durables, a été une expérience passionnante mais parfois exigeante, au plus proche d’une nature exubérante. Le Costa Rica a été un choix évident pour nous : le pays est un chef de file en matière d’éco-tourisme et possède 5% de la biodiversité dans le monde, comptant environ cinq cent mille espèces. Ceci est largement dû à son climat tropical, à sa position entre deux océans et à l’activité de plusieurs volcans qui créent de nombreux microclimats différents. En 1977, afin de préserver cette nature unique, le Costa Rica a déclaré 25% de ses terres « zone de conservation ». Aujourd’hui, il y existe vingt-huit parcs nationaux et de nombreuses réserves privées et refuges de vie sauvage. L’objectif du pays est d’être neutre en carbone d’ici 2021 ! Les premiers jours dans la capitale, San José, ne nous ont toutefois pas donné, au premier abord, l’image glamour que nous nous faisions du Costa Rica. Heureusement, la rencontre de projets admirables, que nous voulons ici partager avec vous, nous ont permis de repartir de ce merveilleux pays avec une image plus favorable…

Auteur:
Franck Marion et Joanna Mastalerek
Numéro de revue:
89
Page:
52
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Chapitre 5

Rappelez-vous : Franck travaillait dans une banque et Joanna était employée par la Communauté européenne… Ils ont tout arrêté pour aller courir le vaste monde et voir ce qui s’y fait en faveur du développement durable. Nous leur avons proposé de vous raconter tout cela dans Valériane…

Auteur:
Franck Marion et Joanna Mastalerek
Numéro de revue:
90
Page:
32