fbpx

Nouveaux OGM,
non aux OGM cachés

Nature & Progrès Belgique milite depuis de nombreuses années en faveur d’une agriculture exempte de pesticides de synthèse et respectueuse des écosystèmes. C’est donc dès le départ que nous nous sommes intéressés à la problématique des organismes génétiquement modifiés (OGM).

A la fin des années 90, les industries de la biotechnologie, souvent productrices de pesticides, ont voulu faire la promotion en agriculture des OGM décrits comme “produits miracles” pour réduire la faim dans le monde et l’utilisation de pesticides. De nombreux débats s’ensuivirent et une directive européenne fut adoptée en 2001 pour cadrer la dispersion de ces OGM dans l’environnement.

Après 20 ans d’utilisation, nous constatons que les OGM n’ont rien apporté à l’agriculture si ce n’est une dépendance accrue aux pesticides. À l’heure actuelle, le sujet est remis de plus belle sur la table par les partisans des nouveaux OGM. Ces OGM nouveaux sont produits par des techniques nouvelles qui seraient parfaitement maîtrisées et ils seraient encore plus miraculeux que les anciens. De plus, le lobby des biotechnologies œuvre à la déréglementation de ces nouveaux OGM.

Nature & Progrès Belgique s’y oppose, à l’instar de nombreux autres acteurs, notamment en faisant état des arguments de scientifiques indépendants. Ces nouveaux  OGM, à risques d’effets délétères sur la santé et l’environnement, ne doivent pas devenir des OGM « cachés » dans notre alimentation. Le citoyen/consommateur doit avoir le droit de choisir ses aliments en toute connaissance de cause.

Nos actions en 2020

30-06-20 : lettre commune envoyée à la Commision européenne (Commissaires Santé et Environnement) à propos du forçage génétique

01-09-20 : publication de nos arguments pour une réglementation stricte et un examen des avantages proclamés par le lobby des biotechnologies

02-09-20 : lettre envoyée aux Ministres du Gouvernement fédéral intérimaire et aux Ministres régionaux à propos du forçage génétique

17-09-20 : lettre envoyée à la Commissaire à la Santé et à la Sécurité alimentaire, Madame Kyriakides avec copie ministres fédéraux (intérimaires) et régionaux

Articles de presse / Communiqués de presse

15-01-21, Knack : “Le Brexit ne doit pas être l’occasion d’une libéralisation des nouvelles techniques de modification des plantes”, écrivent quatre professeurs de la VUB et de l’ULB. Il est temps de poser des questions gênantes sur la recherche, l’innovation et le développement.

Pin It on Pinterest

Share This