fbpx

Le chant de la terre, à La Louvière Coopérative de “consomm’acteurs” bio

Catégorie de l'article:
Titre de l'article: Le chant de la terre, à La Louvière Coopérative de “consomm’acteurs” bio
Chapeau de l'article:

Faire, dans un même lieu, tous ses achats quotidiens de produits alimentaires bio de base et non alimentaires écologiques, et profiter de surcroît d’un espace dynamique d’échanges et d’information autour d’un tea-room convivial : voilà ce que propose cette coopérative nouvellement installée à La Louvière. Plus encore : la vocation sociale du Chant de la terre se veut de nature à transformer radicalement nos façons de consommer…

“Il nous a fallu beaucoup de temps pour sortir de nos rêves et aborder la phase concrète, confie Michel Eggermont, président de la coopérative. Fiorella Pion fut la cheville ouvrière du projet depuis son commencement, il y a sept ou huit ans déjà. Elle a pourtant arrêté d’y travailler quand les choses se sont concrétisées.

Fiorella avait vu qu’il était impossible de manger bio, à La Louvière, à des prix raisonnables ; d’autres consommateurs bio, dont je suis, se sont ralliées à ce constat. Suite à son départ, le projet qu’elle défendait, consistant à aller de la production jusqu’à la vente – des intermédiaires n’intervenant, le cas échéant, que de manière complémentaire – nous a rapidement semblé utopique.

Un terrain d’un hectare quarante avait été mis à notre disposition mais l’idée de l’exploiter – ou de faire exploiter ce terrain par un maraîcher – a été abandonnée tant cette tâche nous semblait au-dessus de nos capacités. Nous ne pouvions pas y installer de serre à cet endroit, il était difficile d’accès et nous était prêté, à titre gratuit certes, mais sans aucune garantie dans la durée… Nous voulions alors à toucher à tout – nous avions même des velléités d’écoconstruction ! – et il a bien fallu revenir sur terre à un moment donné. Tout n’a pas disparu cependant : nous pensons toujours à nous adjoindre certains métiers comme celui de la petite restauration, une kinésiologue que nous connaissons pourrait sans doute trouver sa place chez nous ? Ce sont d’autres étapes qui se concrétiseront peut-être…”

Auteur: Dominique Parizel
Numéro de revue: 132
Page: 52

Pin It on Pinterest