fbpx

Le retour des moulins à pierre (6) Le Schelderomolen, un moulin à vent très moderne

Catégorie de l'article:
Titre de l'article: Le retour des moulins à pierre (6) Le Schelderomolen, un moulin à vent très moderne
Chapeau de l'article:

En ce début janvier, malgré le froid et le brouillard, nous voilà partis vers la Flandre à la recherche d’un moulin à vent. Nous trouvons notre bonheur à Schelderode ; construit en 1907 sur une butte articifielle, c’est un “Beltmolen”. Il fut appelé le gardien blanc, “Witte-Wachter”. Au même endroit, existait un “Standaardmolen”, aussi appelé “staakmolen”, entièrement en bois datant du XVIIe siècle ; construit sur un axe pivotant, comme le moulin de la Marquise à Moulbaix – voir Valériane n°118 -, il se laissait tout entier orienter vers le vent…

Le Schelderomolen nouveau est construit de manière circulaire sur une butte en briques de l’Escaut “surcuites”, c’est à dire très dures. Il est surmonté d’une tête pivotante, traversée par l’axe de rotation des ailes, c’est donc un “Bovenkruier”. Il a servi d’hôpital pendant la première guerre mondiale. Ce monument protégé depuis 1971 fut ensuite racheté par la commune de Merelbeke, en 1989. Le moulin atteint dix-sept mètres de hauteur à partir de la voie carrossable, et ses ailes ont un diamètre de vingt-trois mètres. Il moud aujourd’hui à la force du vent et à l’électricité.

Nous voici donc devant un monument majesteux, en briques blanchies, les ailes attachées. Contraint à l’immobilité, il ne tournera pas aujourd’hui… Sous lui, une butte tunnel : le magasin est ouvert. Quatre personnes nous accueillent, trois maîtres meuniers – Paul, Carlos et Kathleen – et un stagiaire. Derrière eux, des panneaux didactiques et, sur les étagères de part et d’autre, des sacs de farine fermés et étiquetés. Sur une table, de nombreux bons de commande numérotés. Dès 14 heures précises, les clients défileront. Ils sont près de quatre-vingt à être attendus ; près d’une tonne de farine est commandée et soigneusement préparée.

Auteur: Jürg Schuppisser et Christine Piron
Numéro de revue: 124
Page: 42

Pin It on Pinterest