fbpx

Un jardin fruitier en ville

Catégorie de l'article:
Titre de l'article: Un jardin fruitier en ville
Chapeau de l'article:

Autrefois l’apanage des jardins médiévaux clos et intimes, palmettes et cordons font aujourd’hui leur grand retour. Pour les citadins, la production fruitière devient un rêve accessible. C’est tout bon pour l’approvisionnement en fruits “bio” et la garantie d’une certaine autonomie alimentaire, même en ville. Voici quelques exemples de réalisations tenant sur un mouchoir de poche…
“Se préparer à la Transition en devenant résilient”. La formule est désormais récurrente. Depuis la succes story de l’expérience menée à Totnes dans le Devon, en Angleterre, suivie de la parution du Manuel de la Transition, l’idée fait son chemin un peu partout dans le monde, alors que notre civilisation bascule chaque jour un peu plus dans l’ère de l’après-pétrole. Porteuse d’espoir, la Transition véhicule ses idées de changement, d’autonomie, de sécurité alimentaire, elle permet aussi d’aborder avec bonheur un mode de vie nouveau, plus convivial, plus simple, basé sur la petite échelle, la proximité. Un mode de vie durable, bercé au rythme lent des saisons et affichant résolument une empreinte écologique des plus réduites. Produire et récolter ses légumes et ses fruits au jardin, c’est un peu tout cela à la fois. Tout le contraire du système dominant actuel où la grosse majorité des aliments que nous consommons font l’objet d’un commerce très dépendant du pétrole, à la production comme au transport, puisque leur production est essentiellement basée sur l’utilisation d’intrants chimiques issus du pétrole et leur distribution, sur l’import-export (inter)continental.
Si les naturalistes ont toujours prôné, à raison, la défense et la sauvegarde des beaux vergers de hautes-tiges de jadis pour être des milieux semi-naturels très riches d’un point de vue biodiversité, les palmettes et les cordons permettent, pour leur part, d’introduire les arbres fruitiers dans nos jardins de ville – là où la place fait cruellement défaut – et de ne pas exclure les citadins du développement progressif de leur autonomie alimentaire.

Auteur: Marc Fasol
Numéro de revue: 114
Page: 23

Pin It on Pinterest