fbpx

Dossiers

Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Tel devait être le thème de notre salon Valériane 2020… Mais, si le salon n’a pas lieu, la proposition qui est ainsi faite à chacun-e d’entre nous reste évidemment, plus que jamais, d’actualité. Qu’est-ce que le “fait maison” ? Quelle est la réalité derrière la formule ? Elle recouvre, vous vous en doutez, une très grande diversité d’approches et de méthodes… Nous avons donc sollicité, pour y voir un peu plus clair, le témoignage de cinq “proches” de Nature & Progrès. Nous leur avons posé cinq questions très simples pour les laisser évoquer librement leur rapport à la nourriture. Matière à réflexion…

 

 

 

Auteur:
Propos recueillis par Dominique Parizel
Numéro de revue:
145
Page:
6
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Comment allons-nous assurer notre sécurité alimentaire au XXIe siècle ? Peut-on vraiment répondre sans frémir à cette question, alors même que le nombre d’êtres humains qui souffrent de la faim vient de repartir spectaculairement à la hausse. Ils sont aujourd’hui 963 millions de par le monde, soit 40 millions de plus qu’en 2007 (1). Car le coût des denrées alimentaires a dramatiquement explosé, au printemps passé, avec des conséquences tragiques, essentiellement pour les pays du Sud dont les populations sont tout simplement dans l’incapacité totale d’acheter de quoi se nourrir…

Auteur:
Norbert Buysse et Dominique Parizel
Numéro de revue:
76
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Les élections de mai prochain seront cruciales, et notamment en matière d’énergie. Aux termes de la loi de 2003, notre pays doit sortir complètement du nucléaire pour la fin de l’année 2025. Mais les premières centrales devront déjà fermer leurs portes dans le courant de la prochaine législature : Doel 3 en octobre 2022, et Tihange 2 en février 2023 ! Il nous reste moins de quatre ans pour tout préparer. Gageons donc que les partisans du statu quo nucléaire ne vont pas désarmer dans la campagne électorale qui commence. Quels arguments devons-nous leur opposer ? Nous vous livrons l’avis de deux spécialistes en la matière : éclairages croisés qui éliminent au maximum les zones d’ombres.

Auteur:
Propos recueillis par Dominique Parizel
Numéro de revue:
136
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Vous le savez, nous vous l’avons souvent rappelé : notre association a quarante ans, cette année. Un tel anniversaire, c’est évidemment l’occasion de regarder dans le rétroviseur, de faire le point sur nous-mêmes. Que nous le voulions ou non… C’est surtout un moment charnière qui impose de voir où nous sommes et où nous allons dans un monde qui change plus vite que nous le voudrions. Alors, plutôt que de célébrer encore une fois l’événement, en anciens combattants d’une cause que, bien sûr, nous avons gagnée – sans quoi, nous ne serions sans doute plus là pour en parler -, nous avons préféré – en leur soumettant une batterie de questions identiques – donner la parole à des proches qui nous sont chers. Assez proches pour que leurs regards restent lucides et sincères, pas trop proches toutefois pour qu’ils ne s’embuent pas des aléas du quotidien. Tous ensemble, nous partageons un même cheminement à travers les arcanes de la bio. Mais les histoires individuelles sont forcément uniques, les points de vue et les accents souvent divergent. Peut-être une vérité quelque peu différente s’exprimera-t-elle ainsi dans la confrontation des sensibilités et dans l’écho inattendu qu’elle fera naître en nous ?
—-
Les questions :
A. Quarante ans de Nature & Progrès, quarante ans de bio. Quelle est la principale réussite qu’il faut, à ton avis, retenir ? Quelle est la chose à laquelle nous devrions être plus attentifs, si c’était à refaire ?
B. Comment, d’une manière générale, évolue, à tes yeux, la qualité de l’alimentation ? A quoi faut-il aujourd’hui sensibiliser prioritairement le public ? A quoi faut-il sensibiliser spécialement les agriculteurs ?
C. Sauverons-nous le monde agricole ? Qu’est-ce qui, à ton avis, va caractériser son évolution dans les années à venir ?
D. Sur quoi Nature & Progrès doit-il axer principalement son action dans les années à venir ?

Auteur:
Dominique Parizel
Numéro de revue:
122
Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

Une certaine vision de l’économie rurale et de l’« autarcie » – voir en page 56 – suppose que le petit éleveur non-professionnel puisse élever à sa guise – et, par conséquent, abattre – veau, vache, cochon, couvée… Les animaux, en somme, qui lui fourniront sa consommation personnelle. Si, pour les deux premiers, l’affaire semble entendue – on n’échappe plus à l’abattoir ! – , un certain flou artistique semble subsister, dans bien des esprits, en ce qui concerne les deux derniers.

A une époque où règne l’obligation de la « traçabilité » et, surtout, l’obsession sanitaire, n’est-on pas en train de fermer la porte à une large une auto-production, salutaire pour bien des petits budgets ? Le « tout-à-l’économique » n’impose-t-il pas, envers et contre tout, l’obligation de produire la viande industriellement ? On le verra, faire soi-même, un cochon n’a rien d’une sinécure. Quant aux volailles, l’épisode abracadabrant de la grippe aviaire qui n’a pas eu lieu, n’est-il pas en train de sonner le glas des petites basse-cours dans nos jardins ? L’avenir nous le dira. Mais il vaut peut-être mieux s’en préoccuper dès maintenant…

Auteur:
Par Francis Giot
Numéro de revue:
60
Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

Qu’est-ce qu’un miel bio ?

Comme pour toute autre denrée alimentaire, la production de miel biologique est sévèrement régis par un règlement européen. Mais vu la raréfaction dans nos régions des zones fleuries sans polluants, on peut affirmer sans courir de gros risques qu’il est pratiquement impossible de produire du miel bio en Wallonie !

Auteur:
Par Valérie Liénard
Numéro de revue:
42
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Nous vous avons longuement expliqué, dans le précédent numéro de Valériane, à quel point le « 100% bio » est désormais une urgence planétaire, et nous vous promettions un complément d’informations au sujet du réchauffement climatique. Le voici, qui ne manquera pas de vous faire frémir !

Vous y verrez d’abord que déforestation, cultures intensives et désertification sont, plus que jamais, étroitement liées. Que les sols arables de notre vieille planète bleue sont littéralement pillés, et le carbone qu’ils recèlent éparpillé. Vous verrez le mépris absolu que le grand capital témoigne toujours aux écosystèmes vitaux… Nous vous emmenons, pour cela, dans la lointaine Indonésie où forêts primaires et tourbières sont saccagées sur l’autel de cette huile de palme que l’industrie glisse, quasiment à notre insu, dans toutes nos cuisines et salles de bains…

Puis, au-delà de l’émotion que suscite cette razzia sans vergogne, nous essayerons de comprendre quels sont vraiment les mécanismes agronomiques qui entrent en jeu ; nous verrons pourquoi l’agriculture mondiale doit changer radicalement, rapidement. Nous verrons également que, si un bon demi-siècle de mauvaises pratiques agricoles porte, indéniablement, une part énorme de responsabilité dans les changements climatiques, ces changements eux-mêmes produiront un choc en retour considérable et modifieront profondément la pratique agricole dans le monde. Autant savoir que rien n’ira plus comme avant. Et il n’est déjà plus temps de se plaindre…

Auteur:
Par Philippe Lamotte
Numéro de revue:
77
Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

La mobilofolie fait des ravages. Téléphones cellulaires (Gsm), « portables », relais d’antennes, sont de plus en plus présents autour de nous. Mais les rayonnements qu’ils émettent sont-ils aussi bénins pour notre santé que l’affirment les opérateurs téléphoniques ?
Vu les énormes intérêts financiers en jeu, on peut se permettre d’en douter …

Numéro de revue:
21
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Habiter, comme manger, est une nécessité fondamentale. Mais rien ne nous pousse plus aujourd’hui à construire nos maisons nous-mêmes. Exactement comme rien ne nous pousse plus à produire notre nourriture nous-mêmes ou, du moins, à l’acheter ailleurs qu’au supermarché. Signe des temps !
Toutes les structures officielles qui réfléchissent au développement de l’habitat tiennent aujourd’hui pour indispensable et salutaire de créer, autour de la construction, des marchés, des terrains d’échanges financiers les plus vastes et les plus florissants possibles… Le diktat économique contraint désormais toute forme d’action.

Auteur:
par Dominique Parizel
Numéro de revue:
53
Catégorie de l'article:
Titre de l'article:
Chapeau de l'article:

Une fois de plus, notre salon Valériane 2016 s’annonce comme la grande fête annuelle de la bio. Nous vous invitons, cette fois, à venir partager “notre bio, locale et de saison”, thème qui sert de bannière à notre trente-deuxième édition.
Célébration oblige, nous avons voulu savoir ce que représentait ce slogan pour ceux qui fabriquent la bière que nous vous convierons à déguster à notre bar… Nous avons donc pointé trois brasseurs bien de chez nous et nous sommes partis bavarder avec eux. Voici donc l’avis des artisans qui confectionne la Brogne blonde, la Ginette blonde et la Lupulus organicus que vous trouverez à notre bar. Vous aussi, vous pourrez les croiser dans les travées de Valériane 2016 et leur poser vos questions. Ou peut-être, préférerez-vous déguster tout simplement – avec modération, cela va sans dire – les merveilleux produits de leur précieux savoir-faire…

Auteur:
Par Dominique Parizel. Remerciements à Jürg Schuppisser
Page:
121
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Certains font de la bière une boisson populaire. C’est peut-être vrai dans le meilleur sens du terme. Car après l’eau, la bière est sans doute la boisson la plus consommée au monde. Jules César voyait d’ailleurs en elle une liqueur noble et forte. C’est dire si la bière tenait une place de choix auprès des hommes. Elle ne l’a pas perdue …

Numéro de revue:
15
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

26 février 2011, Namur
Réjouissons-nous : cette journée de rencontre des GAC – que nous appellerons désormais GAA – a dépassé toutes les espérances ! Tant le nombre des groupes représentés que la diversité des échanges laissent entrevoir une volonté citoyenne profonde de réinvestir les questions relatives à l’approvisionnement alimentaire citoyen. Retour sur une journée qu’on qualifiera peut-être – l’avenir nous le dira – de jalon dans l’histoire du mouvement !

Auteur:
François de Gaultier
Numéro de revue:
89
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Coopératives de producteurs, coopératives de travailleurs, coopératives de consommateurs : les exemples ne manquent pas qui montrent aujourd’hui combien cette forme de société qu’est la coopérative convient à merveille au développement de la bio, à l’éthique même de la bio. Il n’aura, d’autre part, échappé à personne qu’un bio commercial, un bio de capitaux, profite allègrement du mouvement général vers une alimentation de qualité. Mais quelle est la différence, où la chercher ? Une bonne partie de l’explication réside dans les propos du professeur Jacques Prades, que nous rapportions dans les pages de Valériane n°103, au sein d’un article intitulé : “Les coopératives, clé d’une nouvelle théorie des limites”. Qu’est-ce à dire ?

Numéro de revue:
124
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Cela fait une dizaine d’années que Nature & Progrès milite pour une construction plus saine, plus « propre », plus respectueuse de l’environnement. Mais que veux Nature & Progrès, au juste ? Après une décennie, il nous a semblé utile de faire le point en interrogeant la plupart des professionnels qui sont étiquetés avec notre petit sigle.
Certes, les approches sont diverses et il faut s’en féliciter. C’est une richesse incontestable. Néanmoins, le présent dossier s’est attaché à mettre en évidence dans quelle direction elles convergent. Vous lirez donc, ci-après, une tentative de synthèse, réalisée par un profane, qui se veut surtout un instantané sur la question. Rien de figé chez Nature & Progrès ! Nul doute de nos conceptions évolueront comme évoluera la réalité de la construction ; qu’elles s’adapteront surtout en fonction de ce que nous serons collectivement capables de faire de notre habitat. Car si les problèmes sont connus pour la plupart, si les réponses à apporter sont largement ébauchées, il reste surtout, à l’heure qu’il est, à trouver la ferme volonté de les mettre en œuvre. Ces questions nous concernent tous, bien au-delà des seuls candidats bâtisseurs ou des candidats à la rénovation, car nos logis exercent une influence prépondérante sur notre santé et sur notre bien-être. Ils dévorent aussi une masse d’énergie colossale qu’il est aujourd’hui vital de commencer à maîtriser.

Auteur:
Dossier synthétisé par Dominique Parizel,avec l’aide des professionnels de la bioconstruction de Nature & Progrès
Numéro de revue:
39
Catégorie de l'article:
Chapeau de l'article:

Les brevets protègent les droits de ceux qui inventent. Aujourd’hui, sous prétexte de compétitivité, de grands groupes industriels font pression pour que soit protégé juridiquement ce qui est simplement découvert. Ceci englobe les patrimoines génétiques de tout ce qui est vivant, humains compris évidemment. Mais faire commerce du vivant est un flagrant délit de négligence éthique.

Auteur:
Par Michel Somville
Numéro de revue:
27