fbpx
Nature & Progrès Belgique

Organisateur

Nature & Progrès Belgique
Téléphone
081 30 36 90
Email
info@natpro.be
Site Web
https://www.natpro.be

Date

21 Sep 2022
Expired!

Grande Rencontre Nourrir Bruxelles 2022

Semences, brevetage du vivant et nouveaux OGM : un enjeu paysan et public !

La reproduction et l’évolution des plantes a longtemps pu se faire grâce aux pollinisations croisées via les insectes, le vent et les animaux. Par la suite, les paysan·nes, aristocrates, moines, chamans, prêtres et, plus tard, scientifiques et entreprises semencières se sont attelé·es à sélectionner des variétés destinées à l’alimentation humaine, le fourrage animal ou le textile. 

La sortie de la Deuxième Guerre mondiale marque un tournant vers une agriculture mise au service de l’industrialisation de la production, transformation et distribution alimentaires. La sélection semencière suit le même chemin et les semences deviennent un bien marchand. A partir des années 1970, un nouveau processus de sélection génétique fait son apparition et génère des débats dès son introduction dans l’agriculture dans les années 1990 : les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). Le monde de la recherche et de l’industrie se sont en effet associés pour mettre au point des techniques d’ingénierie (génétique) intervenant directement sur le noyau génétique des plantes afin qu’elles répondent aux besoins d’une agriculture industrialisée. En parallèle, des multinationales productrices de pesticides acquièrent des entreprises semencières afin de développer des OGM tolérants à leurs propres herbicides. 

Les conséquences ? Une agriculture de monocultures, de propriétés intellectuelles, d’une forte dépendance aux pesticides : une concentration de pouvoir entre les mains d’acteurs économiques qui mettent progressivement la main sur l’ensemble de la filière de production alimentaire, avec quelques gagnant·es et beaucoup de perdant·es.

Et aujourd’hui ? Des firmes multinationales, en partenariat avec des instituts de recherche publics, sont en train de mettre au point de nouvelles techniques visant à produire de “nouveaux OGM”. Sur base d’allégations largement infondées, des forces économiques et politiques cherchent à déréglementer ces nouveaux OGM en Europe (et ailleurs) pour s’assurer qu’ils arrivent dans nos champs et nos assiettes sans étiquetage ou évaluation des risques. 

Cette Grande Rencontre est l’occasion de mieux comprendre les enjeux sous-tendus par la problématique des semences et des nouveaux OGM, et présenter d’autres possibles. 

Venez découvrir avec nous pourquoi la question des semences et des OGMs demeure un enjeu public fondamental, et pourquoi elle nous concerne toustes. Une rencontre thématique proposée et co-organisée par le Festival Nourrir Bruxelles, Agroecology In Action, Nature et Progrès Belgique, Canopea et le Réseau Meuse-Rhin-Moselle pour les semences paysannes et citoyennes. 

Au programme de cet évènement : 

  • 16:30 – 17:15 : Bourse aux semences 
  • 16:45 – 17:15 : Film sur le forçage génétique (Save Our Seeds)
  • 17:30 – 19:00 : la conférence gesticulée de Corentin Hecquet intitulée “Quand on sème, c’est pour la vie”
  • 19:00 – 20:00 : Catering et Bourse aux Semences
  • 20:00 – 21:30 : Grande Rencontre :  Semences, brevetage du vivant et nouveaux OGM : un enjeu paysan et public !
    Intervenant-es : Catherine Wattiez (Nature et Progrès Belgique), Corentin Hecquet (Réseau Meuse-Rhin-Moselle), Anne-Laure Geboes (Canopea), Tijs Boelens (Boerenforum)

En attendant le 21 septembre, vous pouvez également soutenir et diffuser la pétition européenne afin de garder les « nouveaux OGM » agricoles dans la législation actuelle réglementant les OGM. Pour signer celle-ci et avoir toutes les informations complémentaires, cliquez ici.

Infos pratiques

  • Quand ? Le mercredi 21 septembre

→ 16:30 – 17:15 : bourse aux semences. Informations pratiques pour y participer :
→ 16:45 – 17:15 : Film sur le forçage génétique (Save Our Seeds)
→ 17:30 – 19:00 : la conférence gesticulée de Corentin Hecquet intitulée “Quand on sème, c’est pour la vie”
→ 19:00 – 20:00 : petite restauration offerte et bar (payant) ouvert et tenu par Oxfam Solidarité
→ 20:00 – 21:30 : Grande Rencontre :  Semences, brevetage du vivant et nouveaux OGM : un enjeu paysan et public !

  • Où ? Dans les locaux de l’Université Populaire d’Anderlecht – Rue Lambert Crickx 19, 1070 Bruxelles

Modalités pratiques :

→ Nombre de places limité à 70 personnes : inscription nécessaire par le biais de ce formulaire : https://bit.ly/3R3xV9g
→ Événement gratuit, en dehors du catering (prix libre) et du bar (payant, tenu par Oxfam-Solidarité).
→ Modalités pratiques pour la Bourse aux semences : //

16:30 – 19h45 : Bourse aux semences

Une Bourse aux semences, c’est l’occasion de réunir au même endroit des passionné·e·s de cultures potagères et des amateur·rice·s de jardinage, qu’iels soient débutant·e·s ou déjà familiarisé·e·s avec le travail de la terre, pour leur permettre d’échanger des graines et semences. Vous pouvez également venir en simple visiteur·rice : tout le monde a un jour commencé à partir d’une seule graine, c’est donc l’occasion idéale pour venir vous équiper gratuitement et récolter de bons conseils de la part des autres participant·e·s !

Pour échanger des graines, récoltez puis mettez en sachets étiquetés avec le nom et si possible la date et le lieu de récolte. Vous pouvez également noter quelques informations sur la plante et quelques conseils pour le semis afin d’aider les jardinier·ère·s. 

16:45 – 17:15 : Film sur le forçage génétique

Ce film de 15 minutes (en anglais sous-titré en français) de « Save Our Seeds » (SOS), réalisé dans le cadre de la campagne Stop gene drive réclamant un moratoire mondial sur le forçage génétique, donne la parole à des scientifiques et chercheurs indépendants et alerte le public quant à l’introduction prochaine dans l’environnement d’organismes génétiquement modifiés (OGM) particuliers dits organismes génétiquement forcés. Cette nouvelle application du génie génétique permet à l’homme de forcer la transmission de certaines particularités génétiques à tous les descendants de l’OGM, contournant ainsi les lois fondamentales de l’évolution. Redoutable, cette manipulation génétique peut aller jusqu’à entraîner l’extinction de populations d’espèces et même d’espèces entières lorsque le forçage vise à supprimer la capacité du vivant à se reproduire en dotant les organismes lâchés dans l’environnement d’un gène de stérilité (c’est l’exemple du moustique transgénique). De par la menace d’effondrement qu’il fait peser sur les écosystèmes, le forçage génétique (« gene drive » en anglais) est probablement la manipulation génétique la plus inquiétante développée jusqu’à présent.

17:30 – 19:00 : Conférence Gesticulée – Quand on sème, c’est pour la vie : comment le capitalisme s’approprie-t-il le vivant ? 

« Celui qui détient les semences détient la vie ». Mais qui détient les semences ? En 2016 l’entreprise Bayer rachète Monsanto pour 63 billions de dollars. Les semences ne sont-elles qu’une marchandise ? Comment une série d’orientations scientifiques, politiques, juridiques ont-elles conduit à la perte de biodiversité dans les champs ? Au nom de quoi, au profit de qui ?

Dans sa conférence gesticulée, Corentin Hecquet nous emmène dans l’histoire de l’appropriation des semences qui, au fur et à mesure, verrouille le système semencier et exclut toutes les variétés qui ne correspondent pas à une norme. Loin de s’arrêter aux constats amers d’une perte de biodiversité. Corentin raconte comment des personnes essaient de faire entendre une voix dissidente.

Cette conférence gesticulée se base tant sur son travail scientifique en sociologie (thèse de doctorat en science de l’environnement) que sur son expérience depuis plus de 10 ans dans le monde des semences. Sur scène, il nous transmet une perspective politique qui questionne la domination de la vie, du vivant.

Les semences c’est CAPITAL, pas capitaliste !

www.semence.be

INSCRIPTIONS

19:00 – 20:00 : Catering et Bourse aux Semences
20:00 – 21:30 : Grande Rencontre – Semences, brevetage du vivant et nouveaux OGM : un enjeu paysan et public !

La reproduction et l’évolution des plantes a longtemps pu se faire grâce aux pollinisations croisées via les insectes, le vent et les animaux. Par la suite, les paysan·nes, aristocrates, moines, chamans, prêtres et, plus tard, scientifiques et entreprises semencières se sont attelé·es à sélectionner des variétés destinées à l’alimentation humaine, le fourrage animal ou le textile. 

La sortie de la Deuxième Guerre mondiale marque un tournant vers une agriculture mise au service de l’industrialisation de la production, transformation et distribution alimentaires. La sélection semencière suit le même chemin et transforme les semences en un bien marchand. A partir des années 1970, un nouveau processus de sélection génétique fait son apparition et génère des débats dès son introduction dans l’agriculture dans les années 1990 : les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). Le monde de la recherche et de l’industrie se sont en effet associés pour mettre au point des techniques d’ingénierie (génétique) intervenant directement sur le noyau génétique des plantes afin qu’elles répondent aux besoins d’une agriculture industrialisée. En parallèle, des multinationales productrices de pesticides acquièrent des entreprises semencières afin de développer des OGM tolérants à leurs propres herbicides. 

Les conséquences ? Une agriculture de monocultures, de propriétés intellectuelles, d’une forte dépendance aux pesticides : une concentration de pouvoir entre les mains d’acteurs économiques qui mettent progressivement la main sur l’ensemble de la filière de production alimentaire, avec quelques gagnant·es et beaucoup de perdant·es.

Et aujourd’hui ? Des firmes multinationales, en partenariat avec des instituts de recherche publics, sont en train de mettre au point de nouvelles techniques visant à produire de “nouveaux OGM”. Sur base d’allégations largement infondées, des forces économiques et politiques cherchent à déréglementer ces nouveaux OGM en Europe (et ailleurs) pour s’assurer qu’ils arrivent dans nos champs et nos assiettes sans étiquetage ou évaluation des risques. 

Cette Grande Rencontre est l’occasion de mieux comprendre les enjeux sous-tendus par la problématique des semences et des nouveaux OGM, et présenter d’autres possibles. 

Venez découvrir avec nous pourquoi la question des semences et des OGMs demeure un enjeu public fondamental, et pourquoi elle nous concerne toustes. Une rencontre thématique proposée et co-organisée par le Festival Nourrir Bruxelles, Agroecology In Action, Nature et Progrès Belgique, Canopea et le Réseau Meuse-Rhin-Moselle pour les semences paysannes et citoyennes. Avec les interventions de :

  • Catherine Wattiez (Nature & Progrès Belgique)
  • Corentin Hecquet (Réseau Meuse-Rhin-Moselle)
  • Anne-Laure Geboes (Canopea)
  • Tijs Boelens (Boeren Forum)

Et en attendant le 21 septembre, vous pouvez également soutenir et diffuser la pétition européenne afin de garder les « nouveaux OGM » agricoles dans la législation actuelle réglementant les OGM. Pour signer celle-ci et avoir toutes les informations complémentaires, cliquez ici.

L'événement est terminé.