fbpx

En finir avec les pesticides dans les prairies !

Catégorie de l'article:
Titre de l'article: En finir avec les pesticides dans les prairies !
Chapeau de l'article:

Voici donc la première étape de notre projet Vers une Wallonie sans pesticides, nous y croyons ! Les rencontres en fermes sur le thème des alternatives en prairies sont en route. Les prairies permanentes sont, en effet, des milieux parmi les plus riches en biodiversité et il est donc particulièrement important de ne pas les polluer aux pesticides. Mais que représentent les prairies en Wallonie ? Qu’en est-il de l’utilisation des pesticides dans les prairies wallonnes ? Bref, pourquoi préserver nos prairies permanentes ?
La prairie wallonne
La prairie est un peuplement végétal composé principalement de graminées – Poacées -, de légumineuses – Fabacées – fourragères et d’autres dicotylées. Elle est destinée à l’alimentation du bétail, principalement celle des ruminants. La composition botanique d’une prairie peut être fort différente selon l’âge de la prairie, les techniques d’exploitation – fauche, pâturage -, le sol et le régime hydrique, la localisation – altitude -, etc.
On distingue deux grands types de prairies :
– la prairie permanente qui est une surface enherbée depuis plus de cinq ans et qui n’entre normalement pas dans une rotation ; elle est composée d’espèces pérennes comme le ray-grass anglais – RGA -, la fétuque des prés, la fléole, le dactyle et le trèfle blanc ;
– la prairie temporaire qui entre régulièrement dans la rotation – de un an à quatre ou cinq ans. Les espèces qui la composent sont peu pérennes mais très productives. On retrouve notamment le ray-grass italien, le ray-grass de Westerwold, le ray-grass hybride, le trèfle violet… Une prairie temporaire de longue durée – trois ans et plus – nécessite d’implanter des espèces pérennes moins productives – ray-grass anglais, fléole…

Auteur: Catherine Buysens
Numéro de revue: 129
Page: 18

Pin It on Pinterest