Stratégies alimentaires et durabilité

Nos pratiques alimentaires modifient le monde dans lequel nous vivons. Il est grand temps d’enfin nous en rendre compte et de changer notre façon de faire les courses. Mais nous, qui avons conscience des enjeux qui se jouent aujourd’hui, avons-nous réellement la volonté de modifier vraiment nos habitudes ? Pour mieux le savoir, Nature & Progrès vous a invités autour de la table, en juin et en juillet dernier, et vous a posés cette question : quelle alimentation voulez-vous, aujourd’hui, pour demain ? Retour sur cette grande tournée régionale…

Par Delphine Franckson

Changements climatiques, contaminations aux pesticides, déclin de la paysannerie, chute de la biodiversité, gestion approximative des déchets et diverses autres sources de pollutions…

Nous le savons, les modes de production industriels et énergivores ont des répercussions dramatiques sur le monde qui nous entoure. L’idée n’est pas ici de refaire une énième et triste liste de liens de causalité ou d’attirer, une nouvelle fois, l’attention du grand public sur la nécessité de changer « avant qu’il ne soit trop tard ». Il semblerait, de toute façon, que nous n’aurons bientôt plus le choix…

Dans sa brillante analyse au sujet de l’immobilisme collectif – six articles publiés dans Valériane tout au long de l’année 2016 -, Guillaume Lohest évoquait la difficulté de convaincre par un discours ex cathedra et global, et la nécessité de recourir à des modèles de réflexion plus participatifs et mieux adaptés à une échelle d’action locale. Nous nous sommes donc donnés pour mission de rencontrer le citoyen sur son propre terrain, afin de mener avec lui une discussion de fond sur l’alimentation. Sur son alimentation.

Dans un premier temps, le cheminement s’est voulu individuel : « Décrivez-nous votre alimentation idéale et les aspects qui guident vos choix en la matière… A quoi faites-vous attention quand vous faites vos courses ou quand vous jardinez ? » L’objectif de la démarche était de définir le modèle alimentaire souhaité pour dresser ensuite la liste des freins qui empêchent d’y accéder. Nous nous sommes ensuite attachés à « détricoter » ces obstacles – des préjugés, pour la plupart – pour en dégager des pistes de réflexions et des leviers de solution.

A quoi faisons-nous attention en matière d’alimentation ?

Tels les numéros d’un tiercé, les facteurs qui influencent nos choix sont annoncés dans le désordre… Certains critères le sont du bout des dents, comme s’il s’agissait de tabous. Le sentiment de culpabilité – ou d’impuissance – que chacun tente d’assumer devant le drame qui est en train de se jouer, au niveau planétaire, semble presque palpable. Aujourd’hui, beaucoup ne savent plus comment gérer leur situation schizophrénique de citoyen-consommateur. Finalement, les langues se délient et le discours a même tendance à dévier : ne serait-il pas plus aisé de parler à la troisième personne, de critiquer les actions – ou l’inaction – de son voisin, de proposer des remèdes miracles mais réducteurs à grands coups de « il faut que » ou de « les gens doivent » ? Mais nous ne sommes pas là pour parler des autres ; reprenons donc le fil de notre auto-évaluation.

La plupart des critères évoqués, qui orientent nos choix, sont de nature subjective. Nous voulons tous une alimentation de qualité. Nous avons coutume d’évaluer ce facteur, en termes de valeur nutritionnelle et de saveur. Plus largement, l’importance de l’aspect santé est systématiquement soulevé : sucre, sel, acides gras, vitamines et autres nutriments, etc. Ce dernier point suscite d’autant plus d’intérêt qu’on peut le relier à l’impact environnemental de l’aliment : résidus de pesticides, autres pollutions chimiques, etc.

Toujours dans cette logique environnementale, l’empreinte carbone – soit une mesure de l’énergie nécessaire, en terme de consommation de ressources fossiles lors de la production des aliments (traitement des semences, carburant consommé par le tracteur, récolte, processus techniques de conditionnement, etc.) ou de leur transport (route, avion, bateau) – est un facteur qui prête également à réflexion. L’impact sur la biodiversité de certains types de cultures est aussi mentionné, de même que l’appauvrissement des sols et l’érosion.

L’impact social d’un aliment est un paramètre qui peut aussi être analysé avant l’achat. Qu’il s’agisse d’un bien produit au Nord ou au Sud, la condition de la paysannerie mondiale est directement un effet de nos choix. La notion de prix juste est généralement soulevée, tout comme celle de l’accès à la terre. L’aspect rémunérateur des cultures vivrières – destinées à une consommation locale – est mis en balance avec la production de matières premières industrielles – plutôt destinés à l’export.

Au vu de ces dernières exigences, beaucoup d’entre nous préfèrent donc de se tourner vers une alimentation biologique. D’autres, au contraire, choisissent de fuir ce label parce qu’ils l’estiment aujourd’hui galvaudé : entre le bio étranger acheminé par avion, les chasseurs de primes agricoles et le surcoût des contrôles, rares sont ceux qui peuvent encore se vanter de connaître le cahier des charges et toutes les conditions qui se cachent derrière un produit estampillé. Nous nous dirigeons naturellement vers les produits frais et de saison, distribués par des voies courtes de commercialisation. Pourtant ces systèmes sont loin d’être dominants et le consommateur fait régulièrement l’amalgame entre « local » et « biologique ». Pour la plupart, nous fréquentons encore les grandes surfaces et consommons régulièrement plats-préparés et aliments industriels.

Quels sont donc les raisons qui expliquent cette situation paradoxale ? Le facteur temps est systématiquement cité comme l’un des principaux freins qui nous empêchent de quitter le système conventionnel des grandes surfaces. En effet, aller au supermarché est plus simple et plus rapide que de multiplier les trajets pour se rendre d’un petit producteur à l’autre – et c’est parfois même plus écologique, en termes de kilomètres parcourus. De même, devoir aligner son horaire sur la tenue d’un marché local ou sur l’heure de distribution d’un panier n’est pas toujours possible quand on a de longues journées. Le temps nécessaire en cuisine est également un élément qui explique le succès des plats préparés. Finalement, le prix complète la liste des critères déterminants.

Freins ou leviers, forces ou obstacles … A bons prétextes, mauvaises excuses !

Pour beaucoup d’entre nous, une alimentation de qualité coûte cher. Plus cher, en tous cas, que la version bas-de-gamme proposée par les grandes surfaces, à grand renfort de slogans publicitaires, d’huile de palme et d’agents conservateurs. Qui ne veut pas se ruiner doit alors pouvoir faire preuve de débrouillardise et de savoir-faire, en cultivant lui-même ou en achetant directement auprès du petit producteur du coin, les aliments qu’il prendra ensuite soin de cuisiner. Le temps nécessaire à la recherche et à la préparation de ce précieux butin étant considérable, les épicuriens économes que nous sommes doivent sacrifier tous leurs autres hobbies sur l’autel d’une alimentation saine et éthique. Cette caricature simpliste prête à sourire.

Bien qu’intangibles, temps et argent sont pourtant deux paramètres finis. Ne s’agirait-il, ni plus ni moins, que d’une question de choix et de priorités ? Faudrait-il remettre en question les vacances à la mer pour l’achat d’un sac de pommes bio ? D’un côté, on nous dit que manger coûte cher, de l’autre, on constate que la part du budget des ménages allouée à l’alimentation n’a cessé de diminuer, sur les dernières décennies… Bien sûr, il faut prendre en compte la part du logement – qui n’a, elle, fait qu’augmenter – ainsi que l’arrivée des nouvelles technologies. Fondamentalement, cette impression de cherté est véhiculée par l’apparition d’une alimentation low-cost, de piètre qualité, sur les étals des grandes surfaces. Le contraste budgétaire entre le « bon » et le « beurk » n’en est que plus saisissant, et la tentation de succomber aux sirènes d’une alimentation bas-de-gamme grandit en conséquence.

Mais, à côté de ces freins, comme nous l’avons déjà évoqué, existe aussi une série de forces qui nous encouragent dans la quête de l’alimentation idéale. Ces facteurs de motivation sont liés à la possibilité que nous avons d’avoir une influence positive sur notre environnement direct et sur la marche du monde en général. Ceci, en recherchant en alimentation produite localement, selon des modalités de cultures biologiques et dans le respect des saisons. La question du prix et du temps sont liées à des préjugés faciles à balayer : passer par un GAC peut finalement s’avérer plus rapide que de faire ses courses en grandes surface. Par ailleurs, c’est aussi souvent moins cher puisque l’on évite les dépenses inutiles et les coups de têtes. Quant au potager, il ne nécessite pas forcément beaucoup de soins et, avec peu de connaissances, on peut déjà en faire pas mal…

Finalement, avec un regard plus sombre, nous pourrions ajouter qu’adapter nos manières de consommer n’est plus une question de choix. Le changement est inéluctable, quitte à être abrupte et radical. L’alimentation de demain ne sera plus celle d’aujourd’hui.

Des leviers à actionner et la force du collectif

Quelles seraient, dès lors, les incitatifs ou les leviers à actionner afin de rendre accessible à tous cette alimentation idéale – si tant est que cela soit possible – et d’amorcer un changement global dans nos habitudes alimentaires ? Nous devrions, tout d’abord, mieux nous organiser afin de réduire nos déplacements et de faciliter l’accès pour tous à une alimentation saine et locale, avec un minimum d’intermédiaire. En effet, l’allongement des chaînes de distribution entraîne l’augmentation du prix des aliments pour l’acheteur ou la diminution du prix payé au producteur. Regroupons-nous donc entre voisins, entre consommateurs sensibles aux mêmes causes, partageons notre liste de courses ou – pourquoi pas ? – un bout de jardin ! Des tas de possibilités s’offrent à nous ; il suffit souvent d’un peu de volonté et d’un brin de créativité…

Il faut ensuite continuer à « en parler » autour de nous afin de sensibiliser sur ces changements de pratiques qui nous apparaissent comme impératifs. Non sur l’air rébarbatif des habituelles rengaines destinées à culpabiliser l’autre mais en jouant la carte de la convivialité et des échanges. Cette étape de partage est nécessaire car, si la décision qui nous incombe de revoir nos modes de consommation résulte bien d’un cheminement individuel qui procède étape-par-étape, il est absolument impensable de laisser l’autre sur le carreau : question de cohérence par rapport à l’esprit même de l’initiative mais surtout condition essentielle de réussite finale. On ne reste pas cloisonnés entre bobos ; changer le système alimentaire, c’est pour tout le monde, ou c’est pour personne ! L’implication citoyenne et le bénévolat sont donc les clés de voûte de ce nouveau système basé sur les liens humains et sur l’intérêt collectif, plutôt que sur la volonté de profit et des critères individualistes. Le politique a également un rôle important à jouer, en termes de moyens mis dans l’éducation – dont celle des plus jeunes – et dans l’accompagnement de tous – dont les plus démunis d’entre nous. A ce titre, le travail admirable des associations et des acteurs de terrain doit être mis en avant et encouragé.

Une recette miracle à coup de "yak’à" ?

Cette série de rencontres s’achève donc sur une note positive d’espoir, chacun repartant chez lui galvanisé par les propos de l’autre, et un peu surpris d’être finalement sur la même longueur d’onde que lui… Cependant, ne soyons pas naïfs : si la recette était si simple à cuisiner, nous n’aurions plus besoin d’évoquer les dangers qui nous menacent et qui sont liés à nos irresponsables choix en matière d’alimentation. Pourtant, parmi ceux qui nous ont rejoints pour en parler, certains avaient déjà sauté le pas. Ils avaient, par exemple, fondé un potager collectif ou monté un groupement d’achat… De leurs propres aveux, ce qui semble se présenter comme une perpétuelle remise en question de nos envies n’est, en réalité, pas une source de frustrations. La réflexion initiale engendre un effet « boule de neige ». Les mécanismes s’acquièrent et, très vite, sans que l’on ait plus besoin d’y penser, il est possible d’alléger considérablement l’impact de son mode de vie sur le monde alentours…

Bien sûr, il y aura toujours quelque chose à faire, un geste ou une habitude à améliorer. Mais nous y viendrons naturellement, step-by-step

Transition alimentaire, une utopie de plus ?

Sommes-nous suffisamment conscients de l’impact de nos habitudes de consommation sur la planète où nous vivons ? Même si nous nous sentons parfois impuissants, nous savons parfaitement qu’il nous appartient de changer la donne. Un tel changement est-il réellement possible, ou ne serait-ce là que théorisations naïves, nés dans des esprits pourtant bienveillants, au sujet de principes, somme toute, inapplicables ? Voilà ce que nous avons cherché à découvrir à travers une seconde série de rencontres qui se sont tenues aux mois de septembre et d’octobre derniers…

Mais qu’est-ce que la transition ?

La transition – une notion qu’on entend si souvent à présent que nous en aurions bien les oreilles échauffées – définit une situation intermédiaire, de passage d’un état vers un autre. Il s’agit d’un terme utilisé tant dans des domaines aussi variés et divers que les sciences, les mathématiques, l’économie ou l’art. La transition est donc l’état de quelque chose qui, par définition, n’en a pas… puisqu’elle est tout le temps en train d’en changer ! Elle se définit, dès lors, non pas par ce qu’elle est, mais par ce vers quoi elle ambitionne de nous conduire.

Dans le cas qui nous occupe, lorsqu’on pense à un « mode de vie en transition », ou à des « quartiers ou villes en transition », il faut imaginer la série de décisions et d’initiatives, prises individuellement ou collectivement, qui ont comme objectif de conduire le système à un état plus résiliant – c’est-à-dire plus résistant aux futurs chocs civilisationnels, comme la fin du pétrole ou les dérèglements climatiques et leurs nombreuses conséquences – et dont l’impact sur le monde serait le plus modéré possible. Au-delà de la volonté de relativiser l’ampleur des scénarios catastrophiques qui nous menacent, cette Transition représente également la volonté d’opérer un changement en douceur – en nous préparant aux bouleversements tels que nous les imaginons – plutôt que de subir de plein fouet ce qui vient, au moment où cela vient, sans aucun moyen pour l’affronter.

Convaincre par l’exemple, plutôt que par le discours

« Nous pensions être les seuls dans notre quartier à accorder de l’importance à ces choses-là. Nous avions l’impression d’être perçus comme des gens bizarres. Pourtant, ce soir, on se rend compte que vous êtes dans la même situation que nous et que vous faisiez votre route parallèlement à la nôtre, à quelques kilomètres à peine… », dit Sandrine, consommatrice à Philippeville. Lors de nos différentes rencontres, bien que tout le monde soit convaincu par la nécessité de changer de système, certains n’en demeuraient pas moins dubitatifs devant l’impression qu’ils avaient d’être les seuls à faire des efforts. Ils se croyaient en décalage avec le reste d’une société qui ne leur emboîterait probablement jamais le pas, en raison des différents freins que nous avons cités précédemment.

La conviction exprimée par d’autres que des solutions existent déjà nous a ensuite motivés à aller voir cela « sur le terrain ». De nombreux citoyens, des consommateurs, des producteurs et même des acteurs politiques ont ainsi accepté de nous recevoir chez eux, ou de se joindre aux discussions. Suite à un événement déclencheur – l’arrivée d’un enfant, la maladie d’un proche, une prise de conscience devant un énième scandale alimentaire ou devant le sort des animaux dans les élevages industriels -, ils ont fait le choix de se créer un nouveau modèle. Ainsi, tous nous avons été obligés d’admettre que le changement est déjà une réalité.

Cette constatation a fait l’effet d’une bouffée d’air frais pour les plus sceptiques d’entre nous. Peut-être suffit-il donc de se réunir autour de cet objectif commun pour se rendre compte que nous sommes, en fait, beaucoup plus nombreux que nous ne le pensions. Et que ce que nous percevions naguère encore comme un frein n’est finalement qu’un obstacle mineur facilement franchissable mais alors tous ensemble…

Jardins partagés sur fond d’Incroyables comestibles…

De l’épanouissement personnel au bonheur d’être ensemble

« J’ai ouvert mon jardin à des personnes dites précarisées ; certaines sont venues par obligation, en lien avec les conditions d’obtention d’allocations, mais elles sont finalement restées pour le plaisir d’être ensemble et de découvrir de nouvelles choses. C’est par la reconstruction des liens humains que nous arriverons à faire changer les choses… Le lien à la terre est également important ; s’il y a tant de dépressions et de burn-out aujourd’hui, c’est parce qu’on nous a coupés nos racines… », dit Jessica, de l’asbl Champ Libre.

Jardiner, par exemple, n’est pas seulement une question d’argent. Certes, ces légumes que l’on fait pousser seront nettement moins chers que ceux qu’on achètera en magasin. Mais cela nous demandera également d’y consacrer une part de notre – précieux ! – temps. Les jardins collectifs sont précisément une manière de nous organiser collectivement et d’alléger le travail nécessaire à la récolte de légumes de qualité.

« Le temps que nous y passons ne nous semble pas être une contrainte car travailler ensemble génère un état de bien-être et de plénitude véritable », explique Jean-Marie des Jardins du Bout du Berquet, à Lessines.

Bien sûr, pour jardiner, il faut du terrain. Cependant, malgré les objections initiales de certains participants, nous avons dû nous rendre à l’évidence : il y a autour de nous un nombre étonnant de terrains qui pourraient être facilement mis à disposition des candidats-jardiniers, de la friche urbaine au terrain communal, en passant par les jardins délaissés par des propriétaires devenus trop âgés… Et pourquoi pas certains ronds-points ou d’autres bacs à fleurs qui agrémentent l’espace public et auxquels les communes consacrent par ailleurs des budgets conséquents ? Demander ne coûte rien et c’est encore la meilleure façon d’être étonné par la réponse reçue. Encore une fois, c’est une question d’oser « sauter le pas ».

« Nous avons trouvé ce terrain parce que le propriétaire n’avait pas le temps de s’en occuper et que notre projet lui plaisait. Nous voulons y lancer une activité de maraîchage en permaculture et il est vraisemblable que nos excédents soient distribués ou échangés. Ce qui compte, pour nous, c’est de rassembler les gens autour d’événements festifs et conviviaux et de créer ensemble un nouveau modèle de société », raconte Martyna, fondatrice d’un projet de maraîchage à Hastière.

Des ceintures alimentaires sous forme de coopératives

S’entraider et se comprendre pour une meilleure souveraineté alimentaire

Agricovert à Gembloux, la Ceinture Aliment-Terre à Liège, Cali-Terre à Ath, Bees Coop à Bruxelles – voir en page 38 -, Coopéco à Charleroi, CoopEsem à Florennes, Now à Waulsort… Les initiatives du genre ne manquent pas ! Mais comment en décrire les points communs ? L’idée est de regrouper des producteurs d’une même région autour d’une charte – dont les critères, à déterminer collectivement, sont notamment en lien avec la durabilité – et d’organiser la production pour satisfaire aux besoins de la ville toute proche et de ses habitants…

Des coopératives de ce type sont en train de fleurir sous l’impulsion mixte de producteurs et de citoyens. Ceux-ci y donnent un coup de main bénévolement et trouvent ainsi accès à une alimentation de qualité, diversifiée et dont le prix reste démocratique en assurant la subsistance de celui qui l’a produite. D’autres actions sont régulièrement mises en place autour de ce service de base : cantines sociales, intégration de personnes fragilisées, bibliothèque thématique, ateliers ou formations diverses… Cependant, le particulier qui choisit d’intégrer ou de monter ce genre de structure doit être attentif à certains aspects : les critères de production, codifiés sous forme charte, touchent à la notion, toujours incertaine, de « production locale », aux modes de production – biologique ou autre -, aux prix – accessibles pour le consommateur mais aussi rémunérateur pour le producteur -, etc. Il est donc facile de retomber dans les travers de la grande distribution en traquant le bon marché à tout prix, ou en n’acceptant que les gros volumes qui permettront un approvisionnement sans faille…

La clef de la réussite de tels projets réside, par conséquent, dans la communication et la compréhension réciproque des différents acteurs. Il faut que l’agriculteur puisse entendre les attentes du consommateur et que ce dernier comprenne les contraintes liées à la production. Il n’est donc guère question ici de négociation ou de compromis, mais plutôt d’entraide et de co-construction.

Groupements d’achats citoyens

S’organiser pour retrouver une alimentation à taille humaine

« Au départ, c’était pour rendre service à ceux qui, comme moi, recherchaient une alimentation saine et locale. J’avais le temps et je pouvais me déplacer pour aller d’un producteur à l’autre. Aujourd’hui, nous sommes une quarantaine de familles impliquées dans la distribution de paniers. Nous organisons également des conférences et des ateliers en lien avec le mouvement Slow-Food… », raconte Agnès de Slowly asbl.

Nombreux sont ceux qui, parmi nous, ont rejoint ou ont monté un groupement d’achat. Le rapprochement entre producteurs et consommateurs, cher à Nature & Progrès, permet de mieux comprendre les modalités d’une production et de ne pas rester avec nos questions à propos de ce qui nous nourrit. Mais, comme dans le cas des coopératives, cette relation doit au préalable s’entendre sur des objectifs communs, qui ne sont d’ailleurs pas forcément statiques et peuvent évoluer suite à des discussions régulières. Mais la prise en compte de la réalité du travail des producteurs est la condition sine qua non de la pérennité et de la pertinence de ce type de circuits d’approvisionnement.

« Les groupements d’achat partent de bonnes intentions mais certains consommateurs oublient l’intérêt du producteur. Exiger des portions calibrées et individualisées représente parfois un travail supplémentaire pour un bénéfice finalement assez maigre… Il faut pouvoir en parler et être à l’écoute des difficultés des uns et des autres », constate Bernard, après sa visite de la Petite Foire, à Semel.

Le collectif peut également devenir une force quand il permet au producteur d’investir et d’améliorer ses techniques ; cela peut se faire quand les consommateurs acceptent de s’impliquer dans une relation de longue durée. Différentes formes de contrats ou des systèmes d’abonnements sécurisent le revenu du producteur et lui permettent de mieux s’organiser par rapport aux volumes à fournir. Dans certains cas, la production est achetée par le groupement avant la récolte et, selon les conditions climatiques de l’année, les risques et les bénéfices sont ainsi partagés. Un autre avantage de cet investissement citoyen est qu’il peut amener l’agriculteur à modifier certains aspects de son itinéraire technique ; encouragé par la certitude qu’il trouvera acquéreur pour sa production, s’il se fait certifier, par exemple, ou s’il modifie, autre exemple, à la demande de sa clientèle le conditionnement de ses yaourts : des petits pots en verre plutôt que du plastique…

Des associations sur le terrain

Manger sain et moins cher, c’est possible !

« Le projet Manger sain et moins cher, cela vous tente ? Il existe déjà depuis deux ans et c’est le regroupement de plusieurs associations de terrain qui l’a rendu possible, chacune étant venue avec son public. Des relations de confiance existaient déjà entre les différents acteurs, ce qui a permis de co-construire ce projet multi-facettes », dit Nathalie, assistante sociale à Philippeville…

« Nous apprenons ensemble à nous réapproprier notre alimentation, à faire la distinction entre les bons et les mauvais aliments, à éviter les pièges… pour l’environnement et pour notre santé », témoigne Johnny, partenaire du projet…

C’est par le renforcement des liens humains et par notre ouverture à l’autre que nous rendons le changement possible ! Les gens viennent participer à des ateliers ou à des rencontres, tissent des relations et ont envie de revenir. Petit à petit, ils découvrent qu’une autre manière de se nourrir existe : que c’est bon, facile et pas cher. Des actions ciblées, mais multiples, font tache d’huile… jusqu’au « point de basculement » du système. C’est la seule manière efficace et durable de fonctionner car le discours trop professoral mène rarement à grand-chose…

Tout consommateur est un acteur du changement qui s’ignore !

Pour conclure sur cette série de rencontres citoyennes – les premières, nous l’espérons, d’une longue série -, nous pouvons dresser un bilan positif des actions menées. Il s’agit, bien entendu, d’initiatives localisées dans l’espace, et même dans le temps, et le chemin sera donc encore long avant d’arriver à un « changement de paradigme »… Mais, après tout, c’est justement ce cheminement qui est la Transition et nous avons tous un rôle à jouer dans ce processus. Plus ou moins impliqués, nous procédons étape par étape, à coup de questionnements individuels et d’expériences collectives…

Les initiatives qui réussiront seront celles qui sauront provoquer l’envie d’apprendre, de s’informer, sur l’impact de nos modes de consommation et sur les autres façons de cultiver, de cuisiner… Ce seront celles qui susciteront la motivation, par le plaisir, par le goût et la convivialité. Réussiront finalement celles qui façonneront de nouveaux modes d’appartenance, non plus basés sur l’image que nous voulons donner de nous-même – par le biais d’une consommation standardisée de grandes marques ou d’aliments vantés par la pub – mais sur la reconstruction des liens humains, avec nos voisins, entre coopérateurs ou au sein d’un groupement d’achat, par exemple… Nous penserons ainsi collectif et nous reverrons la notion d’appartenance sociale à l’aide de modes inclusifs et bienveillants, plutôt qu’exclusifs et basés sur la compétition avec autrui.

Conclusion

Oui, une transition alimentaire est possible !

Bien sûr, ce n’est qu’une ébauche et les solutions possibles sont innombrables. Changer de modèle alimentaire est un possible qui s’ouvre de plus en plus concrètement pour chacun d’entre nous. Sachons saisir cette opportunité, sautons dans ce train qui est déjà en marche. Nous ne savons pas jusqu’où il peut nous conduire !

Comités de quartier, groupements d’achat, coopératives, jardins communautaires, vie associative… C’est bien la réflexion individuelle qui nous motivera à changer nos habitudes mais c’est par les réseaux d’entraide que les difficultés existantes seront levées. L’intelligence collective nous permettra d’élargir le champ individuel des possibles et de revoir nos priorités. Et si changer la nourriture changeait aussi le monde ?

Pin It on Pinterest

Share This